pratique de la réalisation cinéma en 35mm
Un site de l'association ARSCIPRO
Association pour la Réalisation de Stages de CInéma PROfessionnel
f i l m - m a k i n g . c o m
Cinéma "LA CLEF"
75005 PARIS
Realisation complète par les participants de films de cinéma professionnel en 35mm
Tournages 35mm -- Projection 35mm -- Cours gratuits -- Stages pratiques -- Réalisation 35mm à coût réduit
Essais de camera - 15 501 bytes
A- La Caméra
11
Les Essais
(suite)

Nous avons vu que pour effectuer le tournage d'un film professionnel, il est d'usage de louer le matériel necessaire (matériel image, lumière, machinerie, matériel son), chez des prestataires spécialisés.
Nous avons également noté la clause de non-responsabilité des industries techniques du cinéma, le bon fonctionnement du matériel étant sous la responsabilité du locataire.

Ce dernier doit faire preuve de compétence et de sérieux, c'est pourquoi des rapports personnels de confiance sont essentiels entre les loueurs et les techniciens qui vont utiliser le matériel.

Lors d'une commande de matériel pour un tournage, le loueur prépare et rassemble le matériel demandé et le locataire vient sur place pour inventorier, vérifier et faire des essais, avant de signer le bon d'enlèvement.

LES ESSAIS CAMERA

C'est en général les 1er et 2d assistants caméra (envoyé par le locataire, c'est-à-dire la maison de production), qui se chargent de cette tâche.

Des essais normaux peuvent durer plusieurs jours, voire plus d'une semaine.

Le loueur met à la disposition des techniciens envoyés par la production des lieux adaptés: bancs d'essais.

PRATIQUE DES ESSAIS POUR LE MATERIEL IMAGE Chargement de la camera superamerica

A. INVENTAIRE

La première chose à faire, c'est l'inventaire du matériel que le loueur a préparé selon le bon de commande.
Signaler ce qui manque ou qui n'est pas conforme.
Eventuellement, signaler les modification de la commande.

B. ESSAIS A VIDE (sans pellicule)

1. Vérifier le format

Nous avons vu qu'en 35mm il y a plusieurs fenêtres d'impression:
(1,33 ; 1,66 ; 1,85 ; Scope).
D'autre fenêtres sont de plus en plus utilisées depuis le développement des traitements numériques dans la chaine des travaux images, comme la fenêtre Super 35 qui utilise toute la surface de l'émulsion entre les deux rangées de perforations, incluant donc la marge sonore; la pleine fenêtre, etc...

Donc, commencer par vérifier à l'oeil, que la fenêtre installée sur la caméra est bien celle demandée.

Notons que la fenêtre choisie pour un tournage doit bien évidemment être montée sur la caméra principale, mais si on est amené à utiliser une ou des caméras secondaires (pour des cascades par exemple), on utilise alors fréquemment pour ces caméras, une fenêtre plus grande (en hauteur) par sécurité. La continuité du format étant assurée par la fenêtre du projecteur (ou les caches électroniques du télécinéma).

Il faut égalemet vérifier la visée et s'assurer de la conformité du cadrage: que la gravure correspond bien au format de la fenêtre.
Un essai plus précis se fait avec impression de pellicule comme indiqué dans le chapitre sur la visée.

2. Assembler les différentes parties de la caméra

Monter et démonter la caméra pour vérifier les différentes configurations qui seront utilisées lors du tournage.

Contrôler le bon assemblage de tous les éléments de la caméra: accrochage des magasins, montage de tous les objectifs, du follow-focus, du parre soleil, des différents accessoires, etc...

3. Vérifier la bonne fixation de la caméra sur une plateforme Essais de camera - 9 376 bytes

Chez le loueur caméra, les plateformes usuelles sont les pieds (grandes branches et petites branches, triangle et tête) et base (sur laquelle se fixe une tête).
Vérifier le bon assemblage de ces éléments. Vérifier et essayer les réglages de fluidité pour les mouvements de la tête (horizontaux et verticaux). Vérifier les blocages de la tête et qu'ils ne présentent pas de jeu.

Effectuer le montage de la caméra sur la tête du pied. Vérifier le bon serrage sans jeu des plaquettes et semelles, et le bon fonctionnement de la plaque de décentrement et des sécurités.

4. Vérifier le fonctionnement du mécanisme

Une fois la caméra montée, faire tourner le mécanisme d'entrainement à la main.
S'assurer du bon mouvement des griffes, contre-griffes, et de l'obturateur (attention à ne jamais mettre le doigt sur le mirroir de l'obturateur!!!).
Si l'obturateur est réglable, essayer un changement du réglage (souvent délicat et nécessitant des clées spéciales: vérifier qu'elles sont fournies), en particulier les positions 180° et 172,8°.

Faire fonctionner le mécanisme à vide (sans pellicule) en le faisant tourner avec le moteur.

Essayer (s'il existe), le dispositif de changement de vitesse du moteur.
Utilisation du stroboscope pour vérifier la vitesse de rotation de l'obturateur
Mais surtout, vérifier que le moteur tourne bien à la vitesse choisie pour le tournage: 24 ou 25 images/seconde.
Pour vérifier l'exactitude et la précision des vitesses d'entrainement, il faut disposer d'un stroboscope.
Une astuce permet de vérifier la vitesse de 25 images/secondes. Viser une image sur un écran de télé (alimentation secteur à 50Hz), et faire tourner la caméra. Une barre doit apparaître et rester fixe. Si cette barre se déplace, c'est que l'on n'est pas à 25 images/secondes.


En faisant tourner la caméra au moteur, c'est aussi une occasion de vérifier son niveau de bruit. La porte du corps caméra doit être fermée, également celle du magasin, éventuellement la glace optique (du blimp d'optique) doit être installée.
Ce premier essai permet de vérifier qu'il n'y a pas de bruit intempestif, mais un essai effectif se fera avec entrainement de pellicule

C. ESSAIS AVEC PELLICULE VOILEE

1. Vérification du niveau de bruit

La caméra comprend un système d'entrainement mécanique.
Une partie du mécanisme fonctionne de façon saccadée et génère un bruit de "machine à coudre".
L'ensemble des mouvements mécaniques génère un bruit qui pose problème pour une caméra de studio qui normalement, doit être silencieuse pendant la prise de vue, pour une bonne prise de son !!!.

A l'origine du cinéma parlant, la caméra était placée dans un caisson insonnorisant très lourd: le Blimp.

Puis la construction des caméra de studio s'est améliorée pour réduire le niveau du bruit sans utiliser de Blimp additionnel: caméra de studio auto-silencieuse ou auto-blimpée

Mais beaucoup de paramètres influent sur le niveau du bruit: le bon réglage des parties mécaniques, courroies, plateaux, etc... le réglage du pas en fonction de l'émulsion utilisée (les perforations peuvent avoir des légères différences de distance entre elles d'une marque de pellicule à une autre, etc...), et bien sûr l'usure du mécanisme, etc...

Des Blimps souples (manchons épais en cuir molletonné!!!) peuvent être utilisés pour "habiller" la caméra dans des cas de conditions difficiles pour le bruit de caméra.

Essais de camera Pour faire l'essai du niveau de bruit de la caméra, il faut placer la caméra dans un lieu insonnorisé. (Les loueurs en ont un à disposition).

Il faut faire tourner la caméra avec un magasin chargé avec une bobine de pellicule venant du stock qui sera utilisé pour le tournage: c'est en principe une boite de pellicule vierge qui a été voilée.

Ecouter soigneusement le bruit, venant du mécanisme, du magasin (des frottements dans un magasin peuvent provoquer des bruits intempestifs, donc essayer tous les magasins avec une bobine de pellicule).
Si le bruit parait trop important, le signaler au loueur.

Si la caméra dispose d'un réglage accessible du pas et de la contre-griffe, ajuster ce réglage pour minimiser le bruit à l'oreille.
Essayer les différents Blimps (souples).

essai en chambre sourde:
niveau de bruit de la camera

2. Examiner la pellicule après les différents passages

Contrôler l'absence de rayures (à la loupe), de picotage (marques provoquées par un mauvais fonctionnement des griffes, contre-griffes ou tambours d'entrainement, ou aussi par un mauvais chargement)

D. ESSAIS AVEC IMPRESSION DE PELLICULE

Ces essais donneront des résultats sur pellicule.
Il est indispensable d'assurer une identification claire de chaque bout d'essai.
Donc pendant le déroulement des opérations, noter soigneusement sur un carnet les conditions dans lesquelles chaque essai est effectué.
De même, filmer une fiche d'identification sur chaque bout d'essai, avec les informations qui lui correspondent, par exemple:

  • production,
  • titre du film
  • type d'essai et date
  • caméra (marque, n° de série)
  • magasin (n° de série)
  • objectif (marque, focale, n° de série)
  • pellicule (émulsions utilisée pour le tournage)
  • conditions de prise de vues (cadence, diaph)
  • Responsable image (directeur de la photo)

I - ESSAI DE FIXITE

Comme nous l'avons vu, la fixité correspond au bon positionnement de chaque photogramme par le mécanisme d'entrainement.

Un éventuel défaut de fixité ne peut pas aparaître en examinant directement la pellicule exposée, il faut la projeter et voir sur l'écran si l'image est stable.
Or, sur un écran, si on examine de très près l'image, on s'aperçoit qu'en général elle est peu stable. Cela vient essentiellemnt du manque de fixité du projecteur.

Principe de l'essai: Banc d'essai de fixité

Pour s'affranchir du problème du projecteur, l'essai de fixité se fait grâce à une surimpression: le défaut éventuel de fixité de la caméra sera mis en évidence par les mouvements relatifs des deux images impressionnées.
C'est le négatif développé (et bien sûr pas un tirage qui introduirait le défaut de fixité de la tireuse!!!) qui est projetté.

Exemple simple: avec une caméra bien bloquée sur une plateforme, filmer deux fois une feuille de papier cadrié (pour obtenir une surimpression). Un défaut de fixité fera aparaître deux cadrillages en mouvement relatif, au lieu d'un seul!!!

Pratique de l'essai de fixité (méthode classique): Mire de fixite

La caméra doit être placée sur une plateforme extrèmement stable, dans un lieu sans vibrations (demander aux personnes proches de ne pas marcher pendant la prise).

On utilise une mire spécifique: la mire de fixité.

La mire est fixée sur un mur, cadrée plein cadre, la petite croix au centre de la mire étant en coïncidence avec la croix de la visée.
L'axe caméra doit être bien perpendiculaire à la mire (on peut s'en assurer en plaçant un petit miroir à plat, au centre de la mire, on doit voir l'objectif de la caméra dedans)
Il faut éclairer la mire de façon uniforme, veiller à ce qu'il n'y ai pas de reflets.

Il faut faire deux passages avec la même pellicule.

Pour le deuxième passage, on retourne la mire (le haut devient le bas), la surimpression devra donner sur le négatif l'image d'à côté.

Pour effectuer les deux passages dans la caméra, deux cas peuvent se présenter:

  • La caméra ne possède pas de marche arrière (ex: Arri 35 BL).
    Il faut donc décharger à la fin du premier passage, utiliser une enrouleuse à main en chambre noire pour remettre la pellicule par la tête, puis recharger. Comme une image 35mm se forme sur 4 perfos, on prendra soin, lors du premier chargement, de dessiner avec un marqueur, directement sur la partie voilée de la pellicule chargée, une dizaine de cadrages, pour se cadrer de la même façon lors des deux chargements.
  • La caméra possède une marche arrière (ex: Panaflex).
    La deuxième exposition se fait après être revenu en arrière avec l'objectif et la visée obturés. (il est conseillé de dessiner également des cadrages sur 4 perfos, au cas où on dégrènerait en marche arrière).

Puisqu'il y a 2 impressions, il faudra sous-exposer chaque prise d'un diaph.

Il y a également deux cas à considérer, selon le type de caméra:

Chambre d'impression de la caméra PANAFLEX

  • La caméra est conçue avec des magasins qui s'"accrochent" directement sur le couloir. Le magasin fait donc office de presseur et a une influence sur la fixité (ex: Cameflex, Aaton, Arri 16 SR). Dans ce cas, il faut faire l'essai de fixité pour chaque magasin (identifier chaque magasin sur la mire de fixité)

  • La caméra est conçue avec une chambre d'impression, et les magasins s'accrochent sur le corps caméra. (ex: Arriflex 35 BL, Arricam, Moviecam, Panaflex).
    Dans ce cas, il ne faut effectuer qu'un seul essai.

Lecture des résultats

Le résultat est examiné en projection. C'est le négatif qui est projeté.
Il est conseillé de s'approcher de l'écran pour observer la zone de recouvrement des deux parties légèrement obliques de la croix.
(l'angle sur le dessin est très exagéré).

Si la fixité n'est pas parfaite, les deux passages provoqueront un déplacement relatif des croix, la zone de chevauchement donnera l'image d'une flèche graduée dont la longueur varira d'une façon amplifiée et qui donnera une mesure du défaut de fixité en horizontal et en vertical en 1/1000 de la dimension de l'image.

Essais camera


Sommaire du Cybertraining
Vous disposez d'un Q.C.M. interactif pour tester vos connaissances
(conseillé pour participer au cours gratuit)
Vous pouvez vous renseigner sur
les cours gratuits - le cursus35 - la pratique de la réalisation en 35mm